17/05/2007

LEXIQUE POUR L'EXPO

Lexique


GuptaDynastie indienne originaire du Bihâr dont le règne s’étend du IVe au VIe siècle de notre ère. Bien que ses souverains soient essentiellement adeptes du vishnuisme, ils se sont néanmoins montrés tolérants envers les autres courants sectaires de l’hindouisme ainsi qu’à l’égard du bouddhisme et du jaïnisme. Sous leur règne se développent deux écoles d’art importantes pour le rayonnement de l’art indien : celle de Mathurâ et celle de Sârnâth. L’époque gupta est considérée comme la période classique de l’art indien.

Huns Hephtalites Peuple nomade originaire d’Asie centrale qui envahit la Perse et l’Inde aux Ve et VIe siècles.

Mathurâ Centre de pèlerinage et de commerce de l’Uttar Pradesh (situé près de New Delhi), où se développa une école de sculpture religieuse tant hindoue, que bouddhique et jaïne. Ses principales périodes d’épanouissement eurent lieu sous le règne des Kushâna (Ier-IIIe siècle) et sous celui des Gupta (IVe- VIe siècle). Ses productions sont célèbres pour leur utilisation du grès rose de Sikrî.

Sârnâth Lieu du premier sermon du Buddha (le Parc aux Gazelles), situé non loin de Vârânasî (Bénarès). C’est également l’emplacement d’une école d’art bouddhique à partir de l’époque gupta (Ve siècle). Ses productions sont célèbres pour leur utilisation du grès beige de Chunâr.

Brahmanisme ou hindouisme Bouddhisme Jaïnisme

 

 

Brahmanisme ou hindouisme

DIEUX


Bhairava Une manifestation destructrice de Shiva.

Chakrapurusha Le chakra (ou disque) personnifié.

Dvârapâla Considérés comme des demi-dieux, les dvârapâla sont des gardiens figurés à l’entrée des temples.

Ekamukhalinga Linga (symbole du dieu Shiva) à un visage.

Gana Divinités mineures souvent associées à Shiva et représentées sous les traits de nains dansant.

Gandharva Musicien céleste.

Ganesha Fils de Shiva et Pârvatî, reconnaissable à sa tête d’éléphant

Hamsa Oie ou canard sauvage

Hanumân Général de l’armée des singes, héros du Râmâyana. Illustre par son dévouement total pour le héros Râma.

Indra Dieu puissant dominant le panthéon védique. Il porte le titre de roi et règne sur l’ensemble de la création. Dans l’hindouisme classique, il est l’un des huit gardiens de l’espace, celui de l’est.

Kârttikeya Kârttikeya ou Skanda, le plus jeune des fils de Shiva et Pârvatî, frère de Ganesha. Dieu de la guerre souvent accompagné d’un paon.

Kubera Dieu des richesses.

Lakulîsha « Seigneur à la massue », considéré comme une manifestation de Shiva.

Makara Animal aquatique hybride, servant de monture à la déesse fluviale Gangâ.

Mithuna Couple d’amoureux.

Narasimha Homme-lion, un des avatars de Vishnu.

Natarâja Le « roi de la danse », un des aspects de Shiva. Par la danse, Shiva détruit mais aussi recrée et transforme le monde.

Shiva « Bénéfique », dans l’hindouisme il est avec Vishnu, l’un des deux grands dieux de la triade hindoue la trimûrti. Shiva est le dieu de la destruction et de la dissolution. Il peut être aussi une divinité bienfaitrice car il anéantit Avidyâ (« l’Ignorance »). Son symbole est le linga, représentant la puissance vitale divine. Il est reconnaissable entre autres à son troisième œil frontal et à ses attributs : le trident ou la hache, le tambour, le rosaire. Sa monture est Nandin, le taureau à bosse.

Shiva Ardhanârîshvara Forme de Shiva montrant d'un côté sa partie féminine, de l'autre sa partie masculine.

Sûrya Dieu Soleil, représenté debout ou assis à l’époque gupta, tenant une fleur de lotus dans chaque main.

Vâmana Le « Nain » ; un des avatars de Vishnu.

Vidyâdhara « Porteur de science » ; classe de divinités secondaires.

Vishnu Il est, avec Shiva, l’un des deux grands dieux de la triade hindoue. Vishnu est le dieu salvateur du monde. Ses « descentes » (avatâra) sont souvent représentées, tels Varâha (le Sanglier), Narasimha (l’Homme-lion), Vâmana (le Nain), Râma, et Krishna, entre autres. Ses attributs habituels sont la massue, la conque, et le chakra (arme de jet en forme de disque). Il a pour monture l’oiseau Garuda.

Yaksha Une déité de terroir.

Yama L’un des huit gardiens de l’espace, celui du sud ; le juge des morts.

DÉESSES


Durgâ « Imprenable » ; un des aspects de Pârvatî, l’épouse de Shiva. La déesse est parfois également associée à Vishnu.

Gangâ Le Gange divinisé. Déesse présentée comme la seconde épouse de Shiva.

Kaumârî Épouse de Kumâra/Skanda/Kârttikeya.

Krittikâ Nom de l’une des étoiles de la constellation des Pléiades, l’une des mères nourricières de Kârttikeya.

Pârvatî « Fille de la montagne », épouse de Shiva, mère de Ganesha et de Kârttikeya.

HÉROS ET PERSONNAGES D'ÉPOPÉES


Mahâbhârata« La Grande Geste des Bhâratides ». L’une des deux épopées indiennes classiques, avec le Râmâyana. L’histoire raconte la rivalité qui opposa les frères Pândava, fils du roi Pându de Hastinâpura, à leurs cousins les Kaurava ainsi que la grande bataille qu’ils se livrèrent sur le Kurukshetra. Dans ce texte, Krishna apparaît en tant qu’aurige d’Arjuna.

Arjuna « Le blanc, le pur », fils du dieu Indra. C’est le troisième des cinq frères Pândava

Devakî Épouse de Vasudeva.

Vasudeva Père de Krishna, un des avatars de Vishnu.

Râmâyana « La marche de Râma », épopée contant les exploits du héros mythique, Râma (« le Charmant »), et de son compagnon, le singe Hanumân.

Sîtâ Épouse de Râma.

Lakshmana Frère de Râma et son compagnon d’exil.
***

Bouddhisme

Le bouddhisme apparut au Ve siècle avant notre ère. Fondé par le Buddha qui formula les quatre vérités fondamentales sur l’origine de la souffrance et les moyens de s’en délivrer. Il prônait le respect de tous les êtres, la non-violence, et la méditation afin d’atteindre la voie du salut. Le bouddhisme se partage en trois grands courants : - Hînayâna (le « Petit Véhicule », dit aussi Theravâda) : est la voie du bouddhisme originel dans laquelle seuls les religieux ont accès au salut, mais les laïcs peuvent l’obtenir en accumulant un certain nombre de mérites au cours de leurs existences successives ; - Mahâyâna (le « Grand Véhicule ») : le bouddhisme du Mahâyâna est davantage ouvert aux laïcs qui sont aidés sur la voie du salut par les bodhisattva. - Vajrayâna (le « Véhicule de Diamant » ou bouddhisme tantrique) : cette forme du bouddhisme permet aux adeptes d’obtenir le salut en une seule existence par des pratiques ésotériques.


Avalokiteshvara Entre autres : « Le Seigneur qui regarde vers le bas ». Un des principaux bodhisattva dans le bouddhisme Mahâyâna. Une divinité qui incarne l’une des deux qualités majeures du Buddha, la compassion, et que l’on retrouve dans une large palette iconographique. Il est toujours associé à Amitâbha, dont une représentation apparaît dans sa coiffure.

Bodhisattva « Être promis à l’Éveil », renonce au nirvâna, « l’extinction totale », pour sauver tous les êtres. La vertu déterminante de son action est la compassion (karunâ), soutenue par une connaissance et une sagesse (prajñâ) parfaites. Le bouddhisme Mahâyâna, et le bouddhisme tantrique, privilégient un groupe de huit bodhisattva. La liste la plus répandue comprend : Avalokiteshvara, Âkâshagarbha, Vajrapâni, Kshitigarbha, Sarvanîvaranavishkambhin, Maitreya, Samantabhadra et Mañjushrî. Ils sont généralement représentés, parés, richement vêtus et sont différenciés par leurs gestes, leurs attributs, leurs assistants ou encore leur coiffure.

Buddha Signifie littéralement « L’Éveillé » : dans un premier temps, cette épithète désignait Shâkyamuni (le Buddha historique). Le développement des doctrines bouddhiques devait en faire un terme générique désignant tout être ayant atteint la libération parfaite, qui permet d’échapper au cycle des renaissances (samsâra). Certains groupes jouent un rôle important, tels les buddha incarnés dans une période cosmique (mânusi buddha), les jina, les trente-cinq buddha de confession des fautes, et les huit buddha de médecine. On distingue deux sortes de buddha : le pratyeka-buddha, qui connaît l’Éveil parfait mais ne fait profiter personne de son expérience, et le samyak-sambodhi-buddha qui, pour le salut de tous les êtres, prêche la doctrine.

Nîlakantha Lokeshvara L’un des aspects du bodhisattva Avalokiteshvara.

Shâkyamuni Le Buddha historique, Siddhârtha Gautama est né près de l’actuelle frontière népalo-indienne. Selon les historiens, sa date de naissance varie entre le VIe et le Ve siècle avant notre ère. Son père appartenait à la caste des Kshatriya (celle des rois, princes et guerriers). Ayant pris conscience de la douleur humaine, il partit en secret, abandonnant son existence princière ainsi que son épouse et son tout jeune fils. Il suivit successivement l’enseignement de deux maîtres brahmanes, puis se soumit à une dure ascèse. Près de l’actuelle Gayâ, à l’ombre d’un pippâl, Siddhârtha, appelé Shâkyamuni, « le sage du clan des Shâkya », entreprit une longue méditation qui l’amena à l’Éveil devenant ainsi un Buddha. Sa mort se situerait vers 480 avant notre ère ou, selon certaines études récentes, vers 400.

Stûpa Désigne les tumuli reliquaires du bouddhisme. À l’origine, le stûpa était un monument funéraire édifié sur les reliques du Buddha historique. Il servait aussi de représentation symbolique du nirvâna et évoquait le salut aux yeux des fidèles. Tous les stûpa ne renferment pas de reliques au sens propre du terme. On place également à l’intérieur de ces monuments des textes saints ou divers éléments qui leur confèrent un caractère sacré.
***

Jaïnisme

Religion de l’Inde. Le terme jaïnisme provient de la racine sanskrite ji, « conquérir ». Il renvoie au combat que le moine jaïn doit mener contre ses passions afin d’accéder à l’omniscience et à la complète purification de son âme qui représente le but religieux du jaïnisme.


TîrthankaraLittéralement « faiseur de gué », également appelé jina, « vainqueur ». Dans la religion jaïne, il est un sauveur qui a réussi à passer tous les cycles de renaissance et établi un passage pour les adeptes. Mahâvîra (VIe siècle avant notre ère) était le dernier des 24 Tîrthankara.

21:27 Écrit par hubert leclerc sprl dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.