30/03/2008

LA PSYCHOLOGIE BOUDDHIQUE PAR Dr. LAM XUAN DIEN SOURCE

 http://www.ulb.ac.be/medecine/psymed/docu/Vietnam/liem.doc

 

 

Dr. LAM XUAN DIEN

Chef du Département de  Psychiatrie et de Psychologie Médicale (Paris)

 

LA PSYCHOLOGIE BOUDDHIQUE

MÉDITATION ET THÉRAPIE

 

(Inspiré de “Bouddhisme et Psychiatrie” du Dr. L. C. Liêm)

 

 

LES CINQ AGRÉGATS D’ATTACHEMENT :

Ce sont les modalités avec lesquelles les éléments matériels et psychiques vont s’assembler pour constituer un individu comme un système clos et fini, mais instable, car doué d’une vitalité et d’une humanité.

 

 

1. L’agrégat de la matière:

 

L’élément naturel

Terre

Eau

Feu

Air (gaz)

La caractéristique

Solidité

Fluidité

Chaleur

Mouvement

 

 

2. L’agrégat des sensations :

 

-          L’œil reçoit le visible;

-          L’oreille reçoit le son;

-          Le nez reçoit l’odeur;

-          La langue reçoit la saveur;

-          Le corps reçoit la chose tangible;

-          La pensée reçoit l’idée

 

 

3. L’agrégat des perceptions :        

C’est la faculté de percevoir des choses dans le milieu environnant.


4. L’agrégat des formations psychiques ou des constructions mentales :

C’est l’ensemble des activités mentales élémentaires (attention, volonté, désir de faire, vanité,…). Ce que nous appelons les “compétences psychologiques” d’un individu.

 

 

5. L’agrégat de la conscience, de la pensée :        

Il permet à l’homme de se rendre compte de lui-même et de s’extraire de son corps.

Le Moi est donc considéré comme le rattachement de ces cinq agrégats en une entité particulière.

 


II. LES QUATRE NOBLES VÉRITÉS OU LA VOIE DE LA DÉLIVRANCE :

1. La Première Noble Vérité : DUKKHA.

Tout est souffrance. C’est un sentiment éprouvé à la perception du caractère imparfait, incomplet, non permanent des choses et des êtres.

2. La Deuxième Noble Vérité : SAMUDAYA.

C’est la source du Dukkha, c’est-à-dire, la soif (une demande d’avoir et d’avoir plus)

3. La troisième Noble Vérité : NIRODHA

C’est la disparition du Dukkha, la libération de la souffrance. Ce sera le Nirvana, accessible par la méditation.

4. La quatrième Noble Vérité : MAGGA

C’est le chemin, c’est-à-dire, un sentier personnel qui mène chaque homme à l’extinction de la souffrance. Ce sentier donne huit types d’attitudes éthiques pour parvenir à trois attitudes fondamentales, nécessaires à une vie conduisant la personne au Nirvana (Sagesse, Conduite éthique et Discipline mentale).

 

 

 

 

III. LA “PRODUCTION CONDITIONNÉE” : 

Pour le bouddhisme, la vie transmigre d’une existence à l’autre en passant par les états biologiques avec ou sans forme humaine. Ces transmigrations dépendent de la valeur éthique des actes au cours des existences antérieures et de l’existence présente. Ce cycle de vie est source de souffrance. Celui qui atteint le Nirvana cessera de dépendre du cycle de la souffrance qui est le cycle de la production conditionnée.

 

L’IGNORANCE

 
 

Les Quatre Nobles Veùrites

 

La Soif

 

La Sensation

 

La Saisie

 

La Conscience

 

Le Contact

 

Les Faculteùs

 

Les Pheùnomeønes

 

La Souffrance

 

Les Cinq Agreùgats d’Attache-ment

 

Le Processus du Devenir

 

La Naissance

 

Les formations karmiques

Les actes volitionnels

 
IV. LA PSYCHOLOGIE BOUDDHIQUE: MÉDITATION ET THÉRAPIE.


1. La psychologie bouddhique :     


C’est une psychologie phénoménologique et qualitative, partant de l’observation de la vie courante de l’être humaine:

 

1.      Cycle de la névrose:

 

L’ignorance

 

Les actes à valeur éthique

 

La naissance                                           La souffrance            angoisse

 

la ritualisation

 

être un Etre                 Le processus

unique                         du devenir

       
   
 
 
 

 


la rétention

obsessionnelle

 

La saisie                                             Les sensations

 

 


La soif

Le désir

 
 
 

 


La conversion psychosomatique

 

 

 

 

 

 

2.      Cycle de la psychose:

 

                                          L’ignorance                                 L’ignorance primitive

       
   
 
 
 

 


Les actes aø valeur eùthique

 
Les actes immotivés non rationnels

 

 

 

 

La souffrance                         angoisse

 

 

    La conscience                   dissociation

 
 
 

 


Les facultés                        les phénomènes hallucinatoires

 

 

       La sensation

 

 

 

 

 

 

2. La méditation et la thérapie :

 

Ce n’est pas un état d’isolement dans une attitude de silence repliée et éloignée de toutes les sollicitudes de la vie. C’est plutôt une pratique et une technique qui visent à faire prendre conscience de la nature de l’homme en tant qu’être souffrant capable d’élaborer sa voie propre de la délivrance.

 

Nous pouvons citer différentes modalités:

·         Pratiques tournées vers soi-même dans le but de freiner ou de diminuer les comportements volontaires du désir, de réguler les comportements automatiques des viscères  (respiration, battements cardiaques)

 

·         Pratiques tournées vers l’extérieur et le social dans le but de montrer et de mettre à l’épreuve le désir altruiste.

 

·         Modalités mixtes, à la fois introvertie et extravertie conciliant par exemple une activité sociale pour le bien des autres et une méditation autoréflexive.

 

L’être normal souffre toujours mais sans le savoir vraiment. La pratique méditative bouddhique vise à faire accéder les personnes au “lâcher - prise” de la matérialité, c’est-à-dire, admettre la relativité des choses, pour parvenir à une sorte de conscience vigile flottante au-dessus de l’emprise du quotidien. La finalité thérapeutique bouddhique serait donc de faire vivre la souffrance jusqu’à son extinction complète. La méditation et la thérapie se retrouvent comme des expressions de la culture et de ses représentations de l’être, et certains modes culturels ont une valeur thérapeutique comme: la musique, la peinture, les jardinages….

 

20:00 Écrit par hubert leclerc sprl dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.